Magazine Gay

Coups de gueule : L’homophobie à l’école !

Publié le 20 novembre 2008 par Towanda

Je ne vous l’ai pas encore dit : je suis prof ! Je ne me destinai pas du tout à une carrière dans la grande famille de l’Education Nationale … le hasard de certaines rencontres m’y ont amené !

J’aime beaucoup mon travail : le contact avec les élèves surtout, mais, j’ai un gros souci avec les profs au sens large. Je suis la première à dire : « il n’y a pas plus prosaïque qu’un prof ! »

Je parle, bien entendu, de toute la catégorie du prof bien « pensant », je vous en fais une caricature (parfois très proche de la réalité !) :

Le prof type a entre 30 ans et 50 ans, hétéro, blanc, bien portant, sportif, il croit tout savoir sur tout ; il est marié (les valeurs du mariage sont sacrées !), il a deux enfants ; pense tout savoir sur les autres et trouve normal d’envoyer certains élèves, en toute impunité, vers des voies poubelles (mais pas ses enfants à lui : quand même il ne faut pas pousser !) Il pense faire partie de l’élite de la nation et se sent investi d’un sens « moral » au-dessus des autres ! Et il ne supporte pas la différence : l’homosexualité : berk !

D’ailleurs, il est le premier à vous confier qu’un tel est homo en salle des profs sans savoir à qui il parle ! (véridique je l’ai vécu !).

Des remarques sur le sujet, j’en ai reçu des vertes et des pas mûres :

-« je ne veux pas de ça ici » traduction = « je ne veux pas d’un élève PD dans cet établissement »

-« cette prof de sport : elle en est »  « d’ailleurs ce n’est pas vraiment une femme »

-« je ne comprends pas : ce n’est pas normal ! »…

   Perso, ces remarques intolérables me font bondir et elles sont proférées dans les enceintes de l’école de la République ! Il est dommageable que la tolérance et l’analyse du monde ne fasse pas partie du concours !

   Heureusement, il y a également des enseignants dévoués, généreux, tolérants et à l’écoute ! Mais, l’autre moitié du corps professoral fait réellement peur !

Alors, c’est vrai, pour ma part, je n’affiche pas publiquement, sur le lieu de mon travail, mon homosexualité ! Les collègues que j’apprécie sont détenteurs de cette information et je m’en contente ! Par contre, je rebondis sur ces remarques acerbes et ne laisse pas passer : mais le chemin vers une égalité totale et un respect sera encore long !

Ne désespérons pas mais soyons vigilants !


Retour à La Une de Logo Paperblog

Magazine