Magazine Gay

BOUMKOEUR, le theatre par Gayvox

Publié le 13 avril 2010 par Gayvox

13/04/2010 à 18h03 - mis à jour le 13/04/2010 à 18h15 | vues | réactions

" Boumkœur " comme titre, comme rythmique et comme lieux. Les cœurs et les caves de deux jeunes hommes qui vivent dans une cité non identifiée mais très identifiable, voire identitaire : voici le spectacle mis en scène par Habib Naghmouchin

Mise en scène : Habib Naghmouchin

Assistant à la mise en scène : Cédric Mérillon

Avec : Tony Mpoudja et Salim Kechiouche

BoumKœur, c'est le récit de Yazad et Grézi, deux jeunes gens d'une cité ordinaire... Le premier décide de se mettre à l'écriture... Raconter les histoires quotidiennes de son quartier... Cette idée va lui valoir d'être mis à l'écart parce qu'on ne joue pas à l'intello quand on vit ici. Le second décide pourtant de continuer à le fréquenter... Surtout après le " deal " qu'ils se sont fixés : Grézi ramène des faits, des situations, des événements... et Yaz les couche sur le papier dans un phrasé direct et poignant... Pour eux, c'est simplement une manière de se faire plein d'oseille.

Hélas, entre ce qu'on veut et ce qu'il advient, il y a souvent un abîme que nul ne peut sonder d'avance... Le réel est cruel ! C'est ce monde souvent trop dénaturé par les médias que le metteur en scène et ses acteurs veulent nous révéler.

" Mon âge est de 21 hivers, je porte un jean 501, un pull bleu, sur mon poignet droit une gourmette en argent avec le prénom d'Hamel, mon défunt petit frangin, j'habite au 12e étage d'une des tours de la cité, je suis au chômage. J'aime bien la vie en général, mais j'aime pas le rap de variétés, qui me parle de bouger de là et qui me dit de me balancer les bras en l'air parce que ma vie est funkie. Je suis un requin assassin grâce à la morsure de mon phrasé. " Rachid Djaïdani

Boumkoeur donne une note actuelle sur la banlieue, parle des cités sans démagogie : un matériau brut, traité avec inventivité.

Adaptatation du best seller de Rachid Djaïdani par Habib Naghmouchin.

" Oh là ! raconter mes bla-bla familiaux, ce n'est pas trop le sujet de l'histoire que je veux faire naître sur mon calepin. Si ma vie personnelle et familiale avait pu intéresser ne serait-ce qu'une personne, je l'aurais su depuis belle lurette. Le sujet, c'est mon quartier. Faut en profiter, en ce moment c'est à la mode, la banlieue, les jeunes délinquants, le rap et tous les faits divers qui font les gros titres. Pour ça...

La suite de l'article Boumkoeur sur gayvox.fr


Retour à La Une de Logo Paperblog

Magazine