Magazine Erotisme

Quickie or not quickie?

Publié le 18 février 2011 par Chronik
Quickie or not quickie?Les françaises en sont de plus en plus friandes. La particularité de ce rapport tient dans sa rapidité, son intensité et sa soudaineté. C’est un bon moyen de pimenter la vie de couple en y mettant un peu de surprise et de spontanéité. D’autres le pratiquent avec de parfait(e)s inconnu(e)s ou presque lors de soirée hot hot hot.

Où pratiquer le quickie?

Surtout pas dans le confort douillet de votre lit ! Les lieux de pratique sont souvent insolites (porte cochère, parking un peu sombre, parques, passages souterrains, ascenseurs…) ou des endroits de la maison inhabituels (sur la table, les escaliers, la salle de bain…).

Quand réaliser un quickie ?

Quand l’envie est là, forte et imprévisible. Votre partenaire vous fait de l’effet tout d’un coup et vous avez très envie de le ou la prendre là, maintenant, tout de suite. Alors plus une seconde à perdre, c’est le moment idéal pour réaliser un quickie. Demandez-lui si il ou elle est d’accord bien évidemment et isolez-vous un peu mais pas trop pour augmenter l’excitation.

Comment réaliser le quickie ?

Rapidité oblige, on optera pour une seule position, assez simple (face à face contre un mur ou en levrette). Ce n’est pas le moment de tester les positions du Kamasutra. Les préliminaires sont proscrits à part quelques caresses furtives et rapides. De toute façon, l’effet de surprise et le côté « interdit » de la situation suffiront à vous exciter.
Et après ?Vous aurez les cheveux un peu décoiffés et les joues légèrement roses. Le sentiment d’avoir transgressé un interdit comme lorsque vous étiez petit vous fera afficher un petit sourire. Une légère fatigue, une bonne fatigue de celle qui délasse vous submergera.
A lire : L’art du Quickie
L’art du petit coup vite fait bien fait
Dr. Joel D. Block
Éditions Evergreen, 2007


Retour à La Une de Logo Paperblog

Dossier Paperblog

Magazine

  • Erotisme